[9] Ceux qui reviennent

Pleins phares sur 'Delikatessen' de Théo Ananissoh et 'Americanah' de Chimamanda Ngozi Adichie.
Pleins phares sur 'Delikatessen' de Théo Ananissoh et 'Americanah' de Chimamanda Ngozi Adichie.

Le retour au pays natal est un thème récurrent voire obsessionnel dans la littérature noire. Cette reconnexion avec le pays d'origine, c'est une problématique qui concerne toute l'innombrable diaspora africaine. Les deux romans que je vais vous présenter abordent cette réalité de manière si constrastée et si innovante qu'après les avoir lus on ressentira la complexité et la poésie du bercail africain retrouvé. Americanah de Chimamanda Ngozi Adichie (2013) et Delikatessen de Theo Ananissoh (2017) nous défrichent ce terrain connu chacun à leur manière. D'abord parce que les deux auteurs ont un vécu différent. Chimamanda Ngozi Adichie, l'auteure Nigérianne que l'on ne présente plus est revenue s'installer dans dans son pays après un long séjour aux Etats-Unis. Theo Ananissoh, écrivain Togolais accompli, fait partie, lui, de la diaspora. Il habite en Allemagne.

Chimamanda Ngozi Adichie produit avec Americanah un roman long, avec une réflexion détaillée sur des questions identitaires brûlantes. Dans Delikatessen, Theo Ananissoh concentre sa trame sur 3 jours et trois nuits, nous laissant plus d'espace pour décryper et réagir aux choix de ses personnages. Deux oeuvres en somme qui dans leurs différences nous clarifient les idées sur le sujet de la réintégration des africains de l'extérieur.

 

Retour définitif ou éphémère?

 

Ifemelu, personnage principal du roman d'Adichie, quitte définitivement l'Amérique pour Lagos. Dans Delikatessen d'Ananissoh, Aeneas, un poète basé au Canada, revient, lui, plus brièvement au Togo pour promouvoir son art mais il ne va pas y rester. Pourquoi Ifemelu part-elle d'Amérique malgré la réussite fulgurante de son projet universitaire (elle donne des cours à Princeton), un couple stable et son blog qui fleurit? C'est qu'interrogée par les tensions raciales aux Etats-Unis, la fadeur de ses amours et une nostalgie sentimentale tenace, elle ne se sent pas à sa place. Les aventures d'Ifemelu sont captivantes et porteuses d'espoir malgré la satire sociopolitique qui occupe une place de choix dans ce roman. Si vous êtes un africain déraciné, ce roman vous donnera envie d'oser le retour.

Dans le roman Delikatessen, Theo Ananissoh présente un héros qui s'adapte mal aux réalités qu'il retrouve. Ses haut-le-coeur face à la pauvreté et à la brutalité sont les manifestations d'une frustration que bien des lecteurs de la diaspora reconnaîtront. Bref, l'identité africaine d'Aeneas tangue et retangue mais elle ne flanche pas. Il n' y a pas de rejet définitif de son africanité. Théo Ananissoh excelle notamment dans les descriptions touchantes des paysages de son pays. Il fait des incursions dans l'histoire de l'esclavage et de la colonisation, comme pour y trouver des clés qui manquent à Aenéas. Et pour finir, la dimension érotique de ce retour en Afrique décrit dans Delikatessen (je ne vous en dis pas plus) montre bien à quel point le personnage a l'Afrique dans la peau.

L'auteur de Delikatessen entouré d'Agnes Nda Zoa présidente de la CENE littéraire et de votre servante Estelle Baroung Hughes pour Traces Métisses.
L'auteur de Delikatessen entouré d'Agnes Nda Zoa présidente de la CENE littéraire et de votre servante Estelle Baroung Hughes pour Traces Métisses.

 

Des noms et des voyages...

 

Americanah c'est le nom que les nigérians donnent à leur compatriotes qui se sont envolées vers le pays du dollar. Ce choix de titre épouse d'emblée une vision africanisée. Delikatessen, en revanche, est un mot allemand que l'on pourrait traduire par épicerie fine. Ce titre européanisé nous parle du changement qui s'opère lorsque l'on quitte l'Afrique pour les pays du Nord.

Le nom d'Ifemelu, l'héroïne d'Americanah sonne aussi comme 'female' en anglais nous positionnant donc sur un terrain africaniste et féministe. Contraste frappant avec le choix de Theo Ananissoh. Le nom Aeneas nous rapelle l'épopée latine des Énéides. L'auteur illustre ainsi peu-être ce phénomène de l'interculturalité africaine qui consiste à gagner un ancrage culturel d'un côté parfois au prix de la fragilisation manifeste mais non totale de l'attachement à notre culture d'irigine.

Incomparable Chimamanda!
Incomparable Chimamanda!

 

La femme nomade!

 

Il est pasionnant de regarder comment nos deux auteurs configurent l'espace dévoué à la femme dans ce paysage du retour. Pour Ifemelu être une femme est à la fois un avantage et un handicap lorsqu'elle revient à Lagos. Elle est courtisée et convoitée en tant qu''Americanah' et en tant que belle femme aussi; mais la jalousie féminine est aussi l'une des facettes frappante de cette admiration dont elle bénéficie. Au final, elle est un peu décalée par rapport aux valeurs locales mais elle sait qu'elle appartient à sa terre et que sa terre lui appartient. 

 

 


Theo Ananissoh et un panel de lectrices genevoises triées sur le volet
Theo Ananissoh et un panel de lectrices genevoises triées sur le volet

Puis il y a Sonia, le personnage phare de Delikatessen. Elle est une star au Togo mais c'est aux charmes d'Aeneas l'étranger, qu'elle succombe. Il est pour elle un prince charmant du XXIème siècle, celui que beaucoup de femmes noires attendent et qui ne viendra peut-être jamais car sa particularité c'est d'occuper un espace creux entre rêve d'Occident et identité africaine. Sonia est un appas pour les hommes-vautours, tout comme Ifemelu dans Americanah, mais Théo Ananissoh met l'accent sur la description du rapport de force entre les mâles dominants du cru et Aenéas 'l' outsider' 'le challenger'. 

 

 

Ces deux écrivains représentent le retour aux sources comme une aventure à vivre absolument. Amis de la diasspora, prenez vos billets et vous vivrez comme dans un de ces romans. Ou alors il faudra faire place en votre âme à une éternelle sodade.

Write a comment

Comments: 2
  • #1

    Théo Ananissoh (Friday, 01 December 2017 10:40)

    Merci beaucoup de cette lecture ! Cet angle de vue est conforme à ma préoccupation pendant l'écriture. Je retiens cette phrase : "Énéas, celui que beaucoup de femmes noires attendent et qui ne viendra peut-être jamais..." C'est très juste. Il y a là-dessous quelque chose qui m'affecte dans la situation générale actuelle des allers-retours entre l'Afrique et l'Occident. Quelque chose est arraché aux femmes d'Afrique qui leur revient de droit, me semble-t-il... D'où mon souci de créer une histoire d'amour entre Énéas et Apolline... Question ouverte dans tous les cas... Merci encore de reprendre et de considérer ainsi mon roman ; de faire ce parallèle avec Adichie - grande romancière. L'exil des Africains, l'aller-retour actuel devient presque un genre littéraire en soi chez les auteurs africains. J'aimerais conseiller ici (Traces métisses, n'est-ce pas ?) un autre roman, celui d'une jeune femme mi-nigériane, mi-ghanéenne "mais" née à Londres et grandie aux USA : Taiye Selasi, Le ravissement des innoncents, chez Gallimard. Le père, médecin, meurt sur la côte du Ghana. Frères et soeurs éparpillés en Occident doivent se retrouver sur place au Ghana pour l'enterrement. Vie de chacun, de la famille, des parents, des amours, etc. Beau !

  • #2

    Estou (Friday, 01 December 2017 10:49)

    Wow! Merci infiniment pour ce retour de l'auteur en personne! Touché! Je partage votre admiration pour Taiye Selassi la virtuose. Elle a cependant tant poétisé ce retour au sources dans Le ravissement des innocents qu'il en devient archétypal, métaphorique et donc peut-être moins ancré dans les scénarios concrets possibles au co traire des oeuvres explorées ici. Merci encore!