Si d'aimer de Hemley Boum


Prédateur à la peau blanche favorisé par l’éducation à la chicotte…
Prédateur à la peau blanche favorisé par l’éducation à la chicotte…

La chicotte des mauvais parents

 

Le roman Si d’aimer a souvent été décrit comme une fresque sur les ravages du SIDA en Afrique. Pour moi ce n’est pas le SIDA qui est au centre de l’histoire. Ce sont plutôt les déboires de Céline une jeune camerounaise dont la beauté causera le malheur quand elle croisera sur sa route un marchand d’esclaves moderne, prédateur à la peau blanche. Elle fera le voyage dont tant de camerounaises rêvent, arrivant à Paris au bras d’un homme qu’elle prend pour son futur époux. Là commencera son chemin de croix. Et la chicotte dans tout ça ? 

 

Si Céline tombe dans le piège de son agresseur, c’est la faute à des parents indignes qui règnent sur leur progéniture par l’insulte et la terreur. Ainsi, Céline connait le goût de la chicotte. Cette dernière fait partie de son quotidien. Et pourtant, la jeune fille continue de braver ses parents notamment en sortant sans permission et en fréquentant des hommes. Les bastonnades paternelles, loin de l’assagir, donnent à Céline la soif de s’évader loin, quel qu’en soit le prix. Pour aggraver leur cas, ces parents brutaux sont aussi cupides et vénaux. Ils négocient un ‘cesser-la-chicotte’ contre des cadeaux et de l’argent, poussant ainsi Céline dans les bras de son futur agresseur et reniant leur propre fille lorsqu’elle n’a plus rien à leur offrir. Comment Céline peut-elle s’en sortir alors que ses bases sont fragilisées par la violence physique et psychologique infligée par son paternel et sa mère ?

 

Plus puissantes que les coups du sorts….

Si d’aimer est avant tout un roman féministe qui montre la force des femmes lorsqu’elles se liguent ensemble. Hemley Boum effectue dans ce roman des portraits féminins à la fois habiles et touchants. Salomé et Valérie sont les deux personnages féminins qui font corps autour de Céline. Toutes les trois incarnent résistance, sensibilité et exquise élégance. Le lecteur tombe amoureux de chacune d’elles tour à tour. La solidarité entre filles est le seul espoir qui reste à Céline pour sortir d’un engrenage mortel, même si elle ne l’accepte pas tout de suite. Chez Hemley Boum, la femme est plus puissante que la chicotte par laquelle on voudrait la soumettre.


Estelle Hughes, l'auteure de ce blog est née au Cameroun, a grandi au Congo, étudié en France et travaillé en Inde, en Hollande, au Kenya, a Malte, en Espagne, en France et en Suisse.